LIVE NIRVANA INTERVIEW ARCHIVE November 22, 1991 - Paris, FR

Interviewer(s)
Norman Bates
Interviewee(s)
Kurt Cobain
Publisher Title Transcript
Les Inrockuptibles TBA Yes (Français)

Voici un groupe qui gérait tranquillement un succès d'estime au sein de la scène hardcore et qui, d'un coup, pèse plus d'un million d'albums et ne comprend pas son succès soudain et impromptu. Kurt Cobain, le songwriter de Nirvana était parti d'Olympia, petite soeur de Twin Peaks, pour une tournée européenne. Il y reviendra riche et adulé. A Paris, il s'éveille dans la pénombre d'un deux étoiles avec, pour compagnons, un journaliste, un paquet de tabac, une carcasse de poulet et un pistolet en plastique.

Kurt Cobain: La biographie écrite par la maison de disques sentait un peu trop le renfermé à notre goût, un peu collet monté. Nous l'avons réécrite nous-mêmes avec pas mal de gros mensonges. Je suis supposé avoir été en art-school et avoir quitté le lycée un mois avant les examens pour bourlinguer quelque temps avant de devenir punk-rocker à plein temps (sourire)… Je suis aussi supposé être allé au Texas et à New-York à 18 ans, alors qu'en fait, à cet âge-là, je n'avais d'autre envie que de rester à la maison et essayer de monter un groupe. Nous avons inventé une bio où l'on se moquait des clichés du rock. L'un des plus fréquents étant que les musiciens aillent en art-school. La bonne blague a été de laisser croire que Chris faisait des tableaux de coquillages et que je trouvais ça génial. Je préfère la musique à l'art, elle me touche bien plus.

Viens-tu de la classe moyenne, ou de la bourgeoisie?

Kurt: Je suis d'une famille de prolos blancs travaillant dans l'industrie du bois. A la maison, on bouffait pas mal de macaroni-fromage (l'équivalent de notre jambon-purée, sous vide). On n'était pas vraiment pauvres, mais tout de même en bas de l'échelle sociale de la ville. Au moins, je pouvais dormir plus que maintenant. J'ai eu une enfance merveilleuse, sans cris ni coups. C'était comme dans Sesame Street, le show télé de Jim Hanson pour les enfants. Ses marionnettes ont fortement influencé l'esprit des gamins de ma génération, au début des seventies. C'était un programme extraordinaire pour les gosses, très innocent et même très éducatif: à travers ces petites marionnettes aux personnalités attachantes, on apprenait à lire, à compter. De plus, j'avais plein de copains avec qui je m'entendais à merveille et la cellule familiale était très soudée. C'était un véritable don de Dieu, comme s'il y avait un rayon de soleil chaque matin.

Le rêve américain…

Kurt: Absolument. Soudain, je suis devenu un petit adolescent caractériel et j'ai pris conscience que je n'étais entouré que de gens conditionnés pour travailler dans l'exploitation forestière, dans le commerce du bois. Personne n'aimait l'art, personne n'aimait la musique. Je sentais que je ne pouvais me reposer sur personne… Lorsque je suis allé au collège puis au lycée, je suis devenu un ermite. Je restais chez moi, j'écoutais des disques et je jouais de la guitare.

Ecoutais-tu ce qui passait à la radio ou des groupes américains plus durs, comme le MC5?

Kurt: D'abord, j'ai écouté les Beatles et les Monkees, rien d'autre, jusqu'à 10 ans. Je n'aimais pas du tout ce que passait la seule radio qu'on pouvait capter, les Carpenters ou des trucs comme ça. Ensuite, j'ai suivi mon père dans une ville de forestiers encore plus petite. Il y avait là des gars plus âgés que moi qui fumaient du hash et écoutaient Aerosmith, Black Sabbath ou Led Zeppelin. Lorsque mon père était absent, ils ont pris l'habitude de venir me voir dans le camp de caravanes où on habitait. Ils ne se prétendaient mes amis que pour baiser leurs copines dans le lit de mon père, picoler et fumer (sourire)… Mais c'est eux qui m'ont fait découvrir dès l'âge de 10 ans une musique aussi bonne que celle de Black Sabbath, que j'ai écoutée religieusement jusqu'à environ 15 ans. De 15 à 18 ans, durant mes années de lycée, je n'ai pas arrêté de bouger entre le patelin de mon père, Montesano, et Aberdeen et j'étais copain avec Buzz, le guitariste des très mésestimés Melvins, qui me faisait des cassettes de punk-rock. Etant plus vieux que moi, il pouvait aller à Seattle en voiture et fouiller chez les disquaires. J'étais complètement à sa merci pour découvrir de nouveaux groupes. J'habitais dans ce patelin perdu d'où ma mère ne m'aurait jamais permis de partir… On était à trois heures de voiture de Seattle. Ce n'est que durant ma dernière année de lycée que j'ai été autorisé à y aller, avec les Melvins, pour voir des concerts comme ceux de Black Flag, c'était vers 84-85.

Tu n'as donc pas été au contact de groupes comme les Ramones?

Kurt: Non, j'avais 10 ans à l'époque. Les Ramones sont venus jouer dans un petit bar d'Aberdeen et ont vendu deux tickets. A partir de 85, je n'écoutais plus que du punk-rock, j'ai abandonné les Beatles et les hardos. Et, dans ma nouvelle peau de punk-rocker, j'étais bien embarrassé de les avoir aimés. J'ai quitté l'école et la maison de ma mère, je glandais chez l'un et chez l'autre, j'écoutais du punk-rock et je me bourrais la gueule. Et j'allais voir autant de concerts que possible.

Pendant ton adolescence, voulais-tu déjà consacrer ta vie à la musique?

Kurt: J'ai toujours aimé la musique plus que tout autre chose. On peut dire que j'ai commencé à toucher une guitare à 15 ans, sans en jouer vraiment… Je voulais faire du punk-rock sans avoir la moindre idée de ce à quoi ça ressemblait. Je prétendais écrire une chanson punk-rock sur ma guitare électrique sans savoir en jouer, simplement en la mettant à fond et en hurlant. J'espérais que c'était du punk-rock. Mais, lorsque je suis allé emprunter le Sandinista de Clash à la bibliothèque, je dois avouer que je n'ai pas été enthousiasmé par ce disque censé être du punk-rock. "Il est très long, c'est un triple, et puis c'est plein de reggae. Bon Dieu, si c'est ça le punk-rock, je ne suis pas sûr d'aimer." Les mois suivants, je me suis remis à écouter du heavy metal, Iron Maiden ou Motorhead (sourire)… Ce n'est d'ailleurs qu'après avoir monté le groupe que j'ai pris conscience que j'adorais la musique, même les vieux trucs. Et je me suis remis aux Beatles, mais aussi à Aerosmith et à toutes ces merdes heavy metal.

Avec le Clash, par exemple, as-tu pris conscience que la rébellion du punk-rock pouvait être véhiculée par autre chose que le bruit et la puissance?

Kurt: Ce qui a vraiment changé mon comportement, mon idée du punk-rock, c'est mon premier concert de Black Flag. C'était incroyable. Je suis resté paralysé et, en même temps, attiré de tout mon être. Tout bonnement la chose la plus extraordinaire que j'avais jamais vue. Il y avait tellement de passion, de haine, d'énergie que j'ai compris que je ne pourrais jamais faire un autre genre de musique que celle-ci. C'était en 84. Après, je suis devenu un vrai punk-rocker. J'oublie parfois ce que j'ai fait ces dix dernières années, mais ça, ça m'a marqué. C'est à cette époque que j'ai habité avec le bassiste des Melvins, avec qui j'ai fait cette démo. J'ai alors connu Chris, il y a sept ans. Il a écouté la démo et m'a proposé de monter un groupe. C'est comme ça que quelques chansons se sont retrouvées, une fois réenregistrées, sur le premier album de ce qui était devenu Nirvana. Après avoir fondé Nirvana, Chris et moi sommes allés vivre à Olympia, car il y avait une scène depuis des années, grâce à Black Flag ou aux Butthole Surfers, on pouvait y jouer. On a décrété qu'on aimait des musiques différentes: les Beatles, Patsy Cline, REM, tout ce qui était bon. C'était très positif de se rendre enfin compte qu'il y avait de bons groupes dans tous les genres. D'autant que c'était juste avant l'enregistrement de notre premier album. Et les Melvins, mis à part qu'ils ont toujours été un de mes groupes favoris, m'ont permis de m'améliorer et d'avoir des endroits où répéter.

Daniel Johnston aussi a été une influence.

Kurt: Je connais ses disques depuis trois ou quatre ans mais je ne sais rien de lui. J'ai entendu dire qu'il était fou et très heureux, sans qu'il sache quel état prenait le dessus (rires)… Depuis cinq ans, je connais Calvin, de Beat Happening, qui a fondé le label K, dédié à la musique du genre de celle de Daniel Johnston. Je connais bien tout ce que font ces groupes, et ce sont mes plus grandes influences depuis trois ans: Half Japanese, les Vaselines, les Pastels, Beat Happening.

Tous ces groupes ont une approche amateur, adolescente de la musique. Est-ce aussi ton cas?

Kurt: Absolument. Le rock est quelque chose de très adolescent. L'important est de se sentir à son aise, dans son monde. Dès lors, il importe peu que les gens apprécient ou pas ce que tu fais, du moment que tu le fais pour toi-même. C'est pour ça que je respecte ces groupes, ils sont imperméables aux éléments extérieurs, ils sont donc plus artistiques que la plupart des autres, en particulier que ceux qui font du rock à guitares. Ce sont eux les vrais punk-rockers.

Vous avez pourtant sorti votre premier disque sur un autre label, Sub Pop, qui n'évolue pas dans cette sphère.

Kurt: On ne savait même pas que Sub Pop existait quand on enregistrait nos démos. Elles sont arrivées par des chemins détournés chez Sub Pop, qui nous a aussitôt demandé de faire un album. Mais on ne recherchait pas spécialement de label. Nous avons enregistré le disque avec ceux qui nous ont fait la première proposition. Et notre album est sorti juste après celui de Mudhoney.

Aviez-vous un contrat en bonne et due forme?

Kurt: Il n'y avait pas de contrat pour Bleach. A cette époque, ce n'était pas une préoccupation, ça l'est devenu lorsque nous avons eu du succès en Europe et que Sub Pop a commencé à s'intéresser au business. Nous sommes ensuite devenus si importants à l'échelle du rock indépendant qu'aucun label n'avait les moyens de racheter le contrat de Sub Pop, qui exigeait beaucoup d'argent. Nous n'avions donc pas d'autre alternative que d'aller sur une major. Mais nous ne nous sentons pas du tout minables, Geffen est un label incroyable, ils savent ce qu'ils font parce que certains de leurs label-managers connaissent très bien la scène underground.

La principale différence entre Bleach et Nevermind tient à la qualité du son du second. Est-ce ce qui vous a rendus acceptables pour une major?

Kurt: Absolument. L'album était quasiment écrit avant qu'on ne change de label puisque nous avions tenté de l'enregistrer un an après Bleach. Comme nous voulions changer de maison de disques, cette session a été mise aux oubliettes. Bleach avait été fini en moins de six jours, car on ne pouvait s'offrir de session plus longue. Alors que là, on pouvait avoir le temps qu'on voulait et dépenser un million de dollars. Nous avons pris trois semaines, ce qui est ridicule compte tenu des budgets des majors. Nevermind a été fait en vingt-quatre pistes, par rapport aux huit pistes de Bleach, et avec le temps que nous jugions nécessaire.

Comment expliquez-vous votre succès, en particulier aux Etats-Unis?

Kurt: Franchement, je n'en sais rien. Il n'y a pas eu de promotion intensive planifiée par Geffen, ils n'ont pas investi d'argent sur nous, juste sorti le single Smells Like Teen Spirit. Et il se trouve que pas mal de programmateurs de radios commerciales l'ont mis sur leurs playlists. La surprise, c'était d'entendre ce single sur une dizaine de grandes radios avant même que l'album ne soit sorti et le clip tourné. Ensuite, la vidéo a été passée en rotation rapide sur MTV, et ça a explosé. C'est la seule explication au succès.

Ce succès vous est-il reproché par vos fans de base?

Kurt: Nous n'avons pas eu de mauvaise réaction du public. Probablement parce qu'il est comme nous, il aime la musique et se fout pas mal des clichés éculés du genre "un punk-rocker ne doit pas être sur une major" ou "si Nirvana écrit une pop-song, je ne les écouterais plus". Cette attitude obtue, ce manque de largesse d'esprit ne se retrouve pas dans notre public, qui est intelligent. Bien sûr, quelques jeunes types nous ont traités de vendus mais c'est compréhensible: quand on a 16 ou 17 ans et qu'on écoute du punk-rock, on a un idéal très fort, qui devient même une identité. Mais cette réaction est minime, puisqu'il n'y a pas eu de changements radicaux entre nos deux albums et que nous avons tourné sans arrêt. On est toujours agressifs, on joue fort. Et il faut dire qu'il y a une énorme différence entre les Etats-Unis et l'Angleterre. Je ne suis pas convaincu que les groupes anglais sur des labels indépendants le soient pour de bonnes raisons: ils font trop confiance aux tabloïds, le NME ou le Melody Maker, qui sont des organes où les journalistes pensent plus à leur carrière ou à leur attitude qu'à la musique. En Amérique, le pays est si grand que même au top niveau des indépendants il est impossible de communiquer sur une grande échelle. On a besoin d'une major pour cela. D'après nos amis, il y a une vraie nirvanamania en Amérique. J'espère que ce sera un peu calmé quand nous y retournerons, qu'on ne deviendra pas malades, dégoûtés, d'entendre nos chansons à la radio tous les jours (sourire)… Il faut que je me prépare à affronter cette nirvanamania. C'est d'ailleurs la seule chose que je puisse faire (sourire)… Nous n'avions aucune prétention à devenir connus, l'idée qu'on puisse être dans le top 10 était la plus ridicule qui soit. D'un autre côté, ce succès me donne un peu plus de confiance en les gens. Je me dis qu'ils ne demandent qu'à aimer de la bonne musique, quand elle peut arriver jusqu'à eux. Si les médias en diffusaient plus, les gens auraient meilleur goût.

Te sens-tu à l'aise dans ta nouvelle peau de rock-star?

Kurt: Je me sens bien sûr coupable, parce que pendant des années j'ai été conditionné par les idéaux du punk-rock, comme quoi il ne faut pas accorder de crédit aux groupes qui vendent beaucoup, à ceux qui sont sur une major. Les gens de l'underground ont une attitude raciste lorsqu'ils découvrent un groupe inconnu: ils se sentent investis d'une mission, le faire "exploser" sur une toute petite échelle d'initiés. On peut se sentir fier de connaître Daniel Johnston alors que personne ne sait qui il est, mais c'est très triste. Je suis donc sans arrêt hésitant, hésitant entre les deux attitudes…

Es-tu concerné par le cliché du punk-rocker toujours saoul et déconnant en tournée?

Kurt: Je ne me bourre pas tous les jours, mais l'alcool aide ton mécanisme quand on attend de toi que tous les soirs tu te vides les tripes. En tournée, tu ne vois rien. Je n'ai pas vu une seule des villes où nous avons joué. Les à-côtés d'une tournée, c'est définitivement chiant: se trouver des heures durant dans un van, où ça remue tellement que tu ne peux même pas bouquiner ni dormir… Pour décompresser, il n'y a rien d'autre à faire que de boire un coup toutes les heures, essayer de s'amuser. S'il y a trop de frustration, tu deviens stupide, agressif, tu casses des choses.

Tu mentionnes la lecture. Es-tu de cette nouvelle génération de groupes hardcore intellos qui s'inspirent de bouquins?

Kurt: Je lisais beaucoup plus que maintenant. Il y a des livres qui m'ont marqué, mais je me base sur mes propres expériences, des histoires qui me sont arrivées ou que j'invente. Je me considère plutôt comme un écrivain - à ma manière et à mon échelle - au service de la musique.

Il est d'ailleurs inhabituel, pour un groupe de votre genre, d'écrire des chansons d'amour très romantiques. Cela change des groupes de hardcore où l'amour est toujours accompagné de perversité, de vice.

Kurt: J'ai des chansons dédiées à l'amour, mais sans cette espèce d'énergie confuse et négative. Cet élément apparaît dans quelques autres. Polly, par exemple, est une chanson d'amour très personnelle sur le viol. C'est arrivé à une de mes amies: elle a été enlevée et violée par un type pendant des jours. Je lui devais cette chanson. J'ai mis du temps, je devais évacuer le traumatisme. La musique existait avant le texte et elle était tellement mélodique et accessible que j'ai pensé qu'il lui fallait des mots âpres pour atténuer sa beauté. On a ensuite été accusés de promouvoir le viol, alors que c'est tout le contraire. Un peu comme Steve Albini, qui a été attaqué à propos du nom de son groupe, Rapeman. Il n'a jamais fait l'apologie du viol. Il l'avait choisi pour sa connotation choquante. J'ai tout de suite trouvé que c'était un mot dominateur, qui te faisait réfléchir sur le viol.

T'intéresses-tu au comportement violent typiquement américain, celui des serial killers, des psychopathes?

Kurt: Il y a quelques années, j'étais curieux et intéressé par cette sorte de violence, celle des serial killers. Mais mon propos va plus à l'encontre de la violence du macho américain moyen, qui a un comportement de "violeur": le stéréotype des pubs Budweiser, la façon dont ces types parlent des femmes. Je m'attaque plus à ce machisme ordinaire qu'aux serial killers classiques qu'on met sur un piédestal à cause de leur étrangeté. Territorial pissing est une autre attaque frontale contre la violence ordinaire des machos, contre ces mecs qui picolent ensemble, se battent et pissent comme des animaux pour délimiter leur territoire. J'étais constamment entouré de mecs qui agissaient ainsi. Il était impossible de leur échapper, ils étaient toujours là. C'est pour ça que j'ai mis longtemps à trouver des amis. Cela a rendu mon adolescence confuse. Je savais que je n'avais pas du tout ces tendances machistes, alors qu'on attendait de moi que je me comporte ainsi… C'est pour ça que je m'enfermais dans ma chambre la plupart du temps.

Avec le succès, n'as-tu pas peur de devenir une marionnette, un pur cliché rock'n'roll?

Kurt: Je crois sincèrement qu'aucun de nous trois ne peut-être considéré comme un trou du cul, on ne se comporte pas comme les gus de Guns N' Roses. Je ne fais pas de croisades anti-Guns N' Roses, je me fiche pas mal de leur musique et d'eux-mêmes. Ils sont juste un exemple parfait de machisme et de cliché rock'n'roll.

Te sens-tu à l'aise dans ta génération?

Kurt: Oui, j'ai beaucoup d'empathie pour elle car je sais qu'elle a grandi dans le même genre d'environnement que le mien. Je crois que les gens de ma génération n'ont pas été exposés à autant de violence que les enfants d'aujourd'hui. Sans vouloir passer pour un philosophe de comptoir, il me semble qu'on vit à une époque où l'on se sent à la fois honteux et coupable par rapport à la génération de nos parents, car ils étaient hippies et défendaient de grandes idées avant de virer yuppies hypocrites au début des années 80. Aujourd'hui seulement, on échappe à ce sentiment de honte vis-à-vis d'eux et on essaie de trouver notre propre identité. Ma génération a développé un comportement en réaction à l'hypocrisie de nos parents. Les temps sont en train de changer.

Tu t'es pourtant plaint de ta génération et de toi-même, qui ne vous intéressez pas assez aux grands problèmes du monde.

Kurt: L'environnement est très différent de celui de la fin des années 70, quand les groupes punk-rock très engagés exprimaient leurs positions politiques dans leurs interviews. C'est devenu tabou depuis quelques années. Je ne me sens pas le droit de parler politique car, n'écrivant pas beaucoup sur la politique, on m'attaquera, on me taxera d'opportunisme. Pourtant, j'ai des idées politiques très arrêtées et très claires dont je discute avec mes amis. Je crois quand même que les groupes peuvent à nouveau exprimer ce qu'ils ont dans le cerveau sans passer pour des raseurs. D'un autre côté, les propos des groupes n'ont jamais eu beaucoup d'impact. Nous avons besoin de gens qui soient de vrais porte-parole, de leaders comme Abie Hoffman (gauchiste américain des sixties). Dans les sixties, les groupes étaient politisés car il y avait des leaders politiques forts qui faisaient avancer les idées, on attendait juste des groupes qu'ils fassent une musique de fond à ces revendications. C'est plus difficile aujourd'hui, c'est pourquoi j'ai beaucoup d'estime pour des groupes comme Fugazi, leur action est très respectable. Mais Nirvana n'est pas aussi impliqué, nous sommes juste des punk-rockers.

© Norman Bates, 1992